Interrogé par le député socialiste Jean-Michel Clément sur "la situation des salariés de l’entreprise Aubade, située dans le département de la Vienne, alors qu’une deuxième vague de licenciements vient d’être annoncée par l’actionnaire majoritaire, Calida" lors de la séance des questions au gouvernement du 1er juillet 2009, le secrétaire d''État a répondu qu'il y a "une chose à ne pas faire : tromper les salariés et proposer des solutions démagogiques comme celles suggérées par la présidente du conseil régional de Poitou-Charentes" et de poursuivre en déclarant que "la création d’une société coopérative ouvrière de production ne me semble pas à la hauteur des défis qui s’imposent à la profession".

Faisant référence aux propos du président de la République devant le Congrès qui avait affirmé que "L’idée d’une France sans usines et sans ouvriers est une idée folle", le député socialiste a demandé à Hervé Novelli si le Gouvernement est prêt à présenter "un projet de loi visant à obtenir le remboursement de toutes les aides publiques reçues par les entreprises, y compris les aides fiscales et sociales".