Premier élément de réponse, les discours des présidents. Sur la base des documents publiés sur les sites web des conseils régionaux (donc données parcellaires, je laisse le soin à qui voudra de regarder les vidéos de ces moments "historiques"...), seuls quatre présidents ont mis en avant l'ESS dans leur intervention.

En Alsace, l'UMP Philippe Richert a déclaré que "Je veux terminer cette partie en insistant sur deux points qui méritent une lisibilité particulière. C’est d’abord l’action en faveur de la jeunesse. Nous entendons bien mettre des moyens pour permettre à nos jeunes de construire leur avenir et révéler leurs talents. Ce qui suppose, en tout premier lieu, de s’attacher à la question fondamentale de l’orientation. Le second point concerne l’économie sociale et solidaire à laquelle doit être réservée une place plus affirmée parce que ce secteur est profondément ancré dans l’histoire économique et sociale de l’Alsace." (ici)

Jacques Auxiette, président PS de la région Pays de la Loire, a, quant à lui, affirmé que "Le développement des Plateformes Régionales d’Innovation, le plan régional de soutien au commerce et à l’artisanat, la mise en place d’une conférence régionale de l’emploi durable et du fonds d’intervention régional d’investissement pour l’emploi durable et la transformation écologique, le développement rapide de l’économie sociale et solidaire seront ses priorités." (ici)

Dans "sa feuille de route", Jean-Jack Queyranne, président PS de la région Rhône-Alpes, a rappelé que "L'innovation, elle est inscrite dans l'ADN de notre Région. Elle se trouve dans son tempérament profondément humaniste qui a su faire de l’économie sociale et solidaire l'une des forces motrices de Rhône-Alpes autant qu'un laboratoire social. Un nouveau Contrat sectoriel sera adopté en 2011." (ici)

Enfin, Ségolène Royal, présidente PS de Poitou-Charentes, a souligné que "Parce que nous avons besoin d'un nouveau modèle économique et social, plus protecteur pour le salarié, plus efficace pour de bonnes décisions dans les entreprises, plus créateur d'emplois, et plus ouvert au dialogue social, nous allons accroître nos actions de formation, doubler le nombre des sociétés coopératives. L'économie sociale et solidaire est en effet un enjeu essentiel à mes yeux. Ce n'est pas seulement la solution de repli lorsque les entreprises vont mal et qu'il faut sauver l'emploi. C'est aussi le statut du progrès social où le "salarié - associé coopérateur" pèse sur son propre avenir, en participant à la gestion de l'entreprise par son vote sur les orientations stratégiques de l'entreprise. C'est un statut moderne adapté où les valeurs humaines l'emportent sur les valeurs matérielles." (ici)

des élus en charge de l'ESS et de ?

Deuxième indicateur, les intitulés des délégations des vice-présidents (VP) et des présidents des commissions thématiques. S'il faut encore attendre que soient désignés les présidents des commissions (plus de la moitié des CR n'indique pas les délégations données aux VP), on peut déjà dressé un premier portrait de la situation.

Si Europe écologie (EE) a proposé le plus de mesures en faveur de l'ESS dans ses programmes régionaux, majoritairement ce sont les socialistes qui récupèrent le secteur et le plus emblématique en Ile-de-France avec Jean-Paul Planchou, 3e vice-président chargé du développement économique, de l'emploi, des nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC), du tourisme, de l'innovation et de l'économie sociale et solidaire (ouf...) qui prend la suite de Francine Bavay qui n'avait pas démérité (cela doit relever de la négociation entre partenaires de la majorité...). Les VP PS sont également en charge - le plus souvent - du développement économique. A noter qu'en Franche-Comté, le socialiste Denis Sommer est 1er Vice-Président en charge du "Développement économique - Emploi-sécurisation professionnelle - Economie sociale et solidaire".

eluscrESS.jpg

(MàJ 31/03/2010)

L’ensemble du site http://blog.demain-ecosociale.org relève de la législation française et internationale sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris pour les documents téléchargeables et les représentations iconographiques. La consultation ou la réception de documents n’entraîne aucun transfert de droit de propriété intellectuelle en faveur de l’utilisateur. Ce dernier s’engage à ne pas rediffuser ou à reproduire les données fournies autrement que pour son usage personnel et privé conforme aux dispositions du Code de la propriété intellectuelle.