Des députés socialistes, François Brottes en tête, ont déposé un amendement (n°555) au projet de loi "logement et lutte contre l'exclusion", introduisant les sociétés coopératives d'habitation dans le code de la construction et de l'habitation. Selon les parlementaires socialistes, la coopération d'habitation est une "réponse innovante à l’enjeu du développement de l'accession à la propriété" et constitue "potentiellement une troisième voie du logement".

La députée UMP Chantal Bourragué, a déposé le même amendement (n°768).

Au Québec, 25 000 ménages habitent dans environ 1 200 coopératives. Les députés socialistes soulignent, dans l'exposé des motifs de leur amendement, que les coopératives d'habitation représentent déjà 5% du parc immobilier en Suisse et 10% en Allemagne.

Introduire cette nouvelle forme coopérative en France, serait une réponse, au moins partielle, au défi que constitue la question du logement et plus largement de l'habitat. Si des initiatives s'y référant sont prises un peu partout en France, une telle mesure, appuyée par l'Etat et les collectivités, aurait certainement un impact important

Cependant, l'amendement 555 a été retiré et le 768 n'a pas été défendu.