Les élections européennes sont peut-être plus importantes pour l'économie sociale et ses composantes que les élections législatives nationales. En effet, que cela soit au niveau des statuts juridiques et fiscaux ou de l'encadrement de leurs activités, les entreprises d'économie sociale regardent de plus en plus, voire presque exclusivement, du côté de Bruxelles et de Strasbourg. La question des SSIG en est une parfaite illustration. 

Avec la crise économique, financière, environnementale et morale qui touche la planète entière, l'économie sociale pourrait apparaître pour certaines listes comme une alternative ou tout au moins une solution. La résolution adoptée très largement par le Parlement européen en février dernier visant à améliorer la reconnaissance de l'ES devrait y contribuer.

Qu'en est-il vraiment ?